Antoine Dauvergne (1713-1797)

  • octobre 2011
  • 17x24 cm
    Broché
    480 p.

  • ISBN : 9782804700829
  • 39.00 €
Violoniste, compositeur, directeur de la musique royale et de l’Opéra, Antoine Dauvergne eut à construire sa carrière au coeur d’une époque complexe, marquée par des querelles esthétiques, des restructurations institutionnelles et des bouleversements sociaux sans précédent dans l’histoire du royaume. Provincial d’origine modeste, c’est à Paris qu’il fait ses premières armes, avant que Versailles ne lui ouvre ses portes. La fin des années 1760 marque l’acmé de son ascension, Dauvergne cumulant des postes prestigieux à la Cour et dans la capitale. Directeur du Concert Spirituel et de l’Académie royale de musique, il renouvelle avec clairvoyance la programmation des salles parisiennes ; compositeur d’opéras et de grands motets, il apparaît comme le digne successeur de Rameau et de Mondonville. Qui d’autre, alors, pouvait prétendre à une telle reconnaissance et à un tel pouvoir ? Dauvergne ne renouvelait-il pas, à un siècle de distance, le modèle lullyste ?


Son Oeuvre reflète parfaitement les problématiques essentielles du temps.Participant au mouvement de revitalisation de l’ancien répertoire lyrique, Dauvergne se montre l’un des plus actifs à adapter les partitions au goût du jour. Avec dix ans d’avance, il réhabilite les livrets anciens en les remettant en musique. Enfin, il invente de nouveaux genres scéniques appelés à faire les grandes heures du xixe siècle : l’opéra-comique, la comédie légère et le ballet-pantomime.