60 questions étonnantes sur l'amour

  • octobre 2016
  • 13,5X19
  • Broché
  • 144 pages
  • ISBN : 9782804703202
  • 14.90 €
  • ISBN version numérique : 9782804703455
  • 11.99 €
  • Tombe-t-on plus facilement amoureux en mangeant des bonbons ?
  • Le cerveau fait-il la différence entre amour romantique et amour maternel ?
  • Facebook est-il un tue-l’amour ?

À chacune de ces questions un brin cocasses, une réponse scientifique : c’est le concept de la collection « In psycho veritas ».

De la psycho, drôle et sérieuse à la fois
La collection s’adresse à tout lecteur curieux de comprendre les comportements. Chaque réponse se base sur une étude scientifique récente menée par des psychologues. Question, mise en contexte, méthode, résultat, conclusion, source : le premier petit miracle est que toute cette démarche est présentée sur une double page. Le second est que les auteurs ont trouvé un ton léger et drôle pour rendre cela intelligible.

L’amour sous quelles facettes ?
Le livre aborde des thèmes comme la naissance du sentiment amoureux, le lien entre biologie et amour, les différentes manières de témoigner son amour, la longévité du sentiment amoureux, ses vertus et ses dangers pour la santé, le bien-être et la réussite…

Illustré par Julie Bernard.

On en parle

« Si vous souhaitez tout savoir sur l’amour et obtenir certaines réponses sur ce qui y a trait, pourquoi ne pas vous embarquer dans la lecture de ce petit volume qu’on peut aussi bien découvrir de manière chronologique qu’en butinant de-ci de-là, attiré par l’énoncé d’une question ou soucieux de découvrir un avis sur un point qui nous titille. [...] Le ton est léger, parfois drôle ; mais toujours précis et basé sur des statistiques qui définissent ce qu’on appelle communément la norme. »
(Georgie Bartholomé, Bruxelles Culture, 15 novembre 2016)

« Ce vade-mecum concoté par un journaliste psychologue divertit tout autant qu’il instruit. »
(Marianne Payot, L’Express - Styles, 9 novembre 2016)

Questions à l’auteur

Interview : Marc Olano, l’auteur de 60 questions étonnantes sur l’amour, répond à nos questions.

– Pourquoi avoir écrit un livre sur l’amour ?

– Marc Olano : Que serions-nous sans amour ? Du jour où nous découvrons la lumière jusqu’à notre dernier souffle, la recherche de l’amour anime notre quotidien. L’amour de l’enfant pour sa mère, l’amour fraternel, l’amour qu’on éprouve pour un ami proche, pour ses propres enfants ou bien l’amour au sens romantique, dont il est majoritairement question ici. Mais dans l’amour, il y a aussi toujours un effet miroir. Aimer, n’est-ce pas tout d’abord chercher dans les yeux de l’autre une preuve de notre désirabilité qui donne sens à notre vie ? Les facettes de l’amour sont multiples. Ce livre tente d’en donner un petit aperçu.

– Pourquoi évoquer la science pour parler d’amour ?

– M. O. : À première vue, science et amour sont des termes antinomiques. Si le premier est régi par la logique et des données objectives, le deuxième tire sa magie de l’inexplicable et de l’irrationnel. On a tous notre propre idée sur l’amour. Pourtant, certaines conceptions ne correspondent pas toujours à la réalité des faits. Saviez-vous par exemple que ce sont les hommes et non les femmes qui déclarent en premier leur flamme, que les plus heureux en amour sont les gens d’âge moyen et non les plus jeunes, ou encore que les hommes amoureux sont plus sensibles à la vue d’un bébé que les femmes ? Dans ce livre, il sera question d’expériences scientifiques dont les résultats, parfois inattendus, viennent bouleverser les idées reçues.

– La science distingue-t-elle amour et désir ?

– M. O. : Si nous avons parfois tendance à confondre désir et amour, notre cerveau, lui, fait bien la différence, comme le montre l’imagerie cérébrale. L’anthropologue Helen Fisher distingue trois types de ressentis : le désir sexuel, l’amour romantique et l’attachement. Au niveau du premier, nous sommes dans le domaine de la séduction sans vision à plus long terme. L’amour romantique, quant à lui, implique le choix d’une personne sur laquelle on va focaliser toute notre attention. On y pense, même quand elle n’est pas là. On a tendance à ne voir que ses qualités, à gommer ses défauts. Ce sont les fameuses « lunettes roses ». L’amour implique un engagement affectif beaucoup plus fort que le désir sexuel. On peut être déçu d’avoir raté une occasion de « conclure » avec un partenaire potentiel, mais cela n’a rien à voir avec un vrai chagrin d’amour. Enfin, pour ce qui concerne l’attachement, on arrive au stade d’un amour qui a mûri. La passion aveugle a laissé place à la raison, ce qui permet de s’engager sur des projets à long terme, comme fonder une famille.